Savoirs en partage

Le portail des ressources scientifiques
et pédagogiques de l'AUF

Interculturalités !? État des lieux et perspectives, théories et pratiques

Type Appel à contribution
Disciplines Langues , Littératures
Début 02/05/2012 10h00 (UTC)
Fin 02/05/2012 17h00 (UTC)
Description L’interculturalité, sous des appellations diverses, est très souvent évoquée aussi bien dans les contextes de recherche que dans les projets pédagogiques ou les démarches institutionnelles. Qui oserait du reste ne pas valoriser le « dialogue entre les cultures » ? La pertinence « sociétale » de ce débat dans l'actualité est évidente, entre les débats sur intégration, mixité ou droit à la différence, chocs des civilisations, transferts et hybridités. Ces questions ont des prolongements pédagogiques évidents, si les enseignants de langues, littératures, civilisations et cultures, tout en enseignant certes les langues étrangères ou maternelles fournissent les outils d’une interculturalité plus épanouie qui serait (mais l’est-elle ? doit-elle l’être ? dans quelle finalité épistémologique ou éthique ?) un horizon unanimement partagé.
Le colloque s’étalera sur deux jours : la première journée abordera les interculturalités en didactique des langues, en sciences du langage et en technologies et sciences de l’information et de la communication. Le deuxième jour touchera aux interculturalités dans le cadre de la littérature francophone.
Plusieurs ateliers et tables rondes permettent de présenter les synthèses des séminaires préparatoires, de la théorie aux applications pratiques, avec pour effet souhaitable une légitimation de la pertinence sociétale de la recherche en sciences humaines et sociales. Il associera conférences plénières de spécialistes, écrivains reconnus et ateliers permettant de faire émerger des regards innovants.
Plusieurs axes seront abordés :
• Théorie : Cultures minoritaires / mainstream / élite : à repenser comme sociétés d'accueil / sociétés d'origine --vers une typologie des écrits / fictions qui témoignent de ces rencontres. Donc repenser l’étude des faits littéraires et artistiques comme pertinents pour une anthropologie de l’interculturel. Comment, par exemple, situer l’interculturalité par rapport aux débats théoriques internationaux portant sur le fait postcolonial, terrain typique où littérature et « civilisation » s’entre-pénètrent dans le champ académique, non sans crispations méthodologiques ? poser le « postcolonial » implique la rupture, alors que l'intégration est une hypothèse à explorer.
• Transferts culturels, transculturalité, métissage, hybridité, créolisation, etc. : les notions elles-mêmes brouillent les enjeux. Quels outils pour dépasser l’essentialisme des cultures, l’a priori d’une « consistance interne des cultures » (Arezki Cherfaoui) ? percevoir, appréhender, la valeur structurante des transferts culturels ? En quoi peuvent-ils converger ? Comment les enjeux de l’interculturalité entrent-ils dans des stratégies de pouvoir ? Le lien entre culture et pouvoir est-il lui-même culturel ? Peut-on construire des identités « post-culturelles » ?
• Regard sur les zones de contact asymétriques : n'y a-t-il pas dans cette spatialisation un réexamen d'un colonialisme opposant zones de culture et barbarie ? Mais la spatialisation peut être une métaphore de l'opposition entre culture « civilisée » et culture « populaire »--frontière évidemment mouvante.
• Interculturalité et subjectivité : que nous disent les arts du récit sur les rapports du sujet à sa / ses cultures, en fonction de ses expériences personnelles ? Le malaise de l'individu face à la société, sujet traditionnel de l'âge d'or du roman, ne dénonce-t-il pas le caractère aliénant et structurant de la culture ? La culture comme Bildung, procès d'interculturalité, non comme capital (ou « reste » d'un oubli, dans la célèbre citation).
• La question de la structuration du champ de la recherche en sciences humaines et sociales : l’avenir des aires culturelles est une question connexe, que nous pouvons garder à l'horizon. Alors que la plupart des centres de recherche en sciences humaines se définissent par rapport à des disciplines, les mouvements d’autonomisation et la quête identitaire des établissements ne remet-elle pas à l’honneur des projets thématiques définis par leur objet d'étude (si l'on prend l'exemple des Amériques, une aire culturelle multi-lingue), ou par leur méthodologie transdisciplinaire : quels sont les enjeux institutionnels de ce positionnement ? N’est-il pas pertinent de construire des observatoires des cultures, attachés à dégager des lois de l'interaction ? La définition des aires culturelles ne définit-elle pas des groupes humains sur des critères aussi artificiels que d’autres — et avec d’importants enjeux de pouvoir ? Quelle est la part des services culturels des puissances dominantes dans la définition ou le développement de ces aires ?
• Les chercheurs associés à ce projet représenteront donc une diversité disciplinaire, anthropologues, historiens, écrivains, sociologues, littéraires, traductologues... mais aussi ces passeurs de culture, agents d'interculturalité que sont les enseignants de l'enseignement général : quels questionnements dans quelles disciplines ? Où se situe la « civilisation » comme discipline ? Traductibilité des concepts : entre globalization et mondialisation, les connotations ne sont pas les mêmes : en croyant parler de la même chose, nous sommes parlés par nos langues.


• Mondialisation, collaboration académique et technologies de l’Information et de la communication (TIC) : communication interculturelle, techniques, idéologies, présupposés de la mobilité, du e-learning, de la co-diplomation. Bilinguisme et identité linguistique et culturelle. Politiques de mobilité universitaire internationale (notamment européenne). Dynamisme des formations dans les pays émergents pour le montage de projets internationaux et interculturels.
*************
Ce colloque constitue le premier volet d’une manifestation scientifique internationale co-organisée entre l’Université Antonine du Liban et l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (laboratoire Suds d’Amériques/Institut des langues et des études internationales), France. La thématique et les orientations scientifiques en ont été conçues et préparées par les deux établissements qui hébergeront à tour de rôle deux colloques, permettant ainsi de toucher à la fois les publics du Nord et du Sud dans le cadre de manifestations conçues pour fonctionner en écho l’une de l’autre. Ainsi les organisateurs de chaque volet interviendront dans l’autre volet de façon à assurer la continuité entre les deux manifestations.


Mots-clés TICE, interculturalités, FLE, francophonie, littérature
Contact Cynthia EID <eidcynthia (à) yahoo.fr>
Lieu Université Antonine, Liban
Hadath-Baabda
Liban
Pièce jointe Appel_à_communication_colloque_mai_2012.docx
URL www.upa.edu.lb