Savoirs en partage

Le portail des ressources scientifiques
et pédagogiques de l'AUF

La conception du pouvoir en islam. Miroirs des princes persans et théories sunnites (XIe-XIVe siècles)

Sujet: [SHS:HIST] Humanities and Social Sciences/History, [SHS:HIST] Sciences de l'Homme et Société/Histoire, traités d'éthique gouvernementale, livres de sagesse sassanide, miroirs des princes islamique médiévaux, miroirs des princes occidentaux médiévaux, Nizâm al-Mulk, al-Ghazâlî, Nasîr al-Dîn Tûsî, al-Mâwardî, Ibn Taymiyya, Badr al-Dîn b. Jamâ‘a, Mamelouks
Auteur: Aigle, Denise
Résumé: Cet article constitue une synthèse utile pour les chercheurs qui s'intéressent aux traités d'éthique gouvernementale dans le monde musulman médiéval, et particulièrement en Iran. Après avoir présenté les plus grands traités en la matière, depuis l'époque sassanide, dans la dernière partie l'auteur ouvre quelques pistes de recherche sur le statut, la fonction et l'ancrage historique de ces traités à l'époque médiévale. D. A. met en relation les textes persans avec quelques textes traitant de la théorie du pouvoir dans le monde arabe : en particulier al-Mâwardi, Ibn Taymiyya et Badr al-Dîn b. Jamâ‘a (m. 1333). L'A. montre comment la modélisation du prince idéal puise à deux sources : l'héritage sassanide persan et l'islam. Par sa démarche historienne, D. A. met en lumière l'ancrage de ces textes normatifs dans la réalité historique dont ils sont issus. Elle relie ainsi l'évolution que connaît le prince idéal des Mirois des princes avec les transformations politiques qui ont secoué le monde musulman médiéval, en particulier avec la prise de pouvoir par des dynasties d'origine nomade et même non musulmanes avec les Mongols. Les articulations entre la réalité historique et le discours sur le prince idéal sont mises en perspective grâce à une utile comparaison avec les Miroirs des princes en Occident latin. L'A. montre enfin comment ces textes privilégient l'immuabilité de l'ordre politique et social pour éviter d'introduire dans la réflexion politique toute notion de fitna. Les événements qui se sont produits pendant les débuts de l'islam, en particulier pendant le califat de ‘Ali b. Abî Tâlib sont restés bien ancrés dans les mémoires, encore au XIVe siècle. Les savants en sciences religieuses, en particulier sunnites et dans le monde arabe Proche-Oriental, ont préféré soutenir un pouvoir despotique pour éviter toute idée de chaos social et politique.
Disciplines: Histoire
Régions: Moyen-Orient