Savoirs en partage

Le portail des ressources scientifiques
et pédagogiques de l'AUF

L'identité au miroir du droit, le statut des personnes en Égypte (fin XIXe-début XXe siècle)

Sujet: [SHS:HIST] Humanities and Social Sciences/History, [SHS:HIST] Sciences de l'Homme et Société/Histoire, [SHS:DROIT] Humanities and Social Sciences/Law, [SHS:DROIT] Sciences de l'Homme et Société/Droit, [SHS:SCIPO] Humanities and Social Sciences/Political science, [SHS:SCIPO] Sciences de l'Homme et Société/Science politique, Egypte, communautarisme, nationalisme, XXesiècle, identité nationale
Auteur: Abécassis, Frédéric, Le Gall-Kazazian, Anne
Résumé: Le but de cette présentation est de tenter une évaluation dans le temps des marges formelles de jeu sur les statuts et les identités en Egypte, à l'époque où l'ordre ottoman, fondé sur l'encadrement communautaire, n'en finit pas de disparaître pour céder la place à un ordre national qui, se voulant plus égalitaire, ne reconnaît que des individus, des citoyens. Cet ordre juridique ottoman, lui-même tardif, s'effondre en trois étapes :<br />* par la définition positive d'une citoyenneté (1926-1929), dont la mise en place crée une ligne de fracture interne aux communautés, exclut en même temps qu'elle fédère ;<br />* par l'abolition des capitulations (1937), privilèges conférés aux étrangers et devenus insupportables à l'Egypte indépendante ;<br />* par la dissolutions des juridictions confessionnelles (1955), clef de voûte de l'organisation communautaire.<br />C'est au cours de ce demi-siècle que se précise et se fige la frontière entre "égyptien" et "étranger", et que se définit le statut personnel égyptien. Tout au long de la période, des textes de lois règlent le sort des anciens sujets ottomans, pour entériner leur exclusion ou leur assimilation.
Disciplines: Droit, Histoire, Politique
Régions: Moyen-Orient