Savoirs en partage

Le portail des ressources scientifiques
et pédagogiques de l'AUF

L'intégration des formes des formes et techniques et de création orales à travers Pouvoir de Plume de Fidèle Rouamba TYDSKRIF VIR LETTERKUNDE, 43 (2), 2006, pp.232-246

Sujet: Littérature et techniques d'écritures, langues, Sociologie, ethnologie, moeurs, cultures, problèmes sociaux, éducation
Auteur: SISSAO, Alain Joseph
Résumé: L’ouvrage de Fidèle Padwindé Rouamba est un condensé de la vie du journaliste Goama Tansoba alias Gilbert Torro. Le narrateur principal qui raconte le récit est un ami du journaliste du nom de Jean de Dieu. Il faut dire que le journaliste a enregistré son récit qui tient dans un lot de cinq cassettes reconstituées sous forme de roman par le narrateur hétérodiégétique. Le roman fait aussi une analyse pertinente des problèmes de développement de la démocratie dans le pays et en Afrique de façon générale. Ce qui frappe surtout c’est l’exploitation que l’auteur fait de la tradition orale. En effet, il fait un effort pour utiliser beaucoup de proverbes tirés de la tradition orale moaaga. C’est ainsi qu’un conte est introduit dans le récit, « le caïman et l’homme ». Par ailleurs, dans le chapitre neuf (9), « le Club », l’auteur introduit une histoire pour illustrer l’alliance à plaisanterie entre Bisa et Gourounsi. Il exploite comme l’ont déjà fait les romanciers burkinabè Patrick Ilboudo dans Le procès du muet, et Kollin Noaga dans Le retour au village les vertus de cette pratique traditionnelle ancrée dans les ethnies du Burkina Faso. Nous essayerons de voir comment le romancier Rouamba exploite la tradition orale dans sa création. Il s’agira de voir comment toutes les formes et techniques de création orales sont empruntées à la tradition orale pour servir de catalyseur à la production romanesque. Mots clés : roman burkinabè, tradition orale, proverbes, contes, alliance à plaisanterie. Abstract The integration of creative oral forms and techniques in Pouvoir de plume (Fidèle Padwindbé Rouamba) Fidèle Padwindé Rouamba’s novel, Pouvoir de plume (Pen power) summarises the life of a journalist, Goama Tansoba, alias Gilbert Torro. The principal narrator is Jean de Dieu, a friend of the journalist. The narrative is composed of a set of five cassettes [Author: clarify this please – better English equivalent], reconstituted to form a novel by the heterodiegetic narrator. The novel is also a pertinent analysis of the development problems of democracy in the country and in Africa in general. Particularly striking is the way the author exploits the oral tradition. Thus he makes an effort to use many proverbs drawn from the Moaaga oral tradition. A folk tale “Le caïman et l’homme” (The Caiman and the Man) is also included in the narrative. Moreover, in chapter nine, “Le Club” (“The Club”), the author introduces a story to illustrate the jesting alliance between the Bisa and Gourounsi. He therefore exploits, as did the Burkinabe novelists Patrick Ilboudo in Le procès du muet (The Trial of the Deaf-Mute) and Noaga Kollin in Le retour au village (Back to the Village), the virtues of this traditional practice, firmly anchored in the [practices/ relationships /inter ethnic relations? – a word missing here] ethnic groups of Burkina Faso. I shall endeavour to reveal how the novelist Rouamba exploits the oral tradition in his work, in order to see how all the creative oral forms and techniques borrowed from the oral tradition act as catalysts in the production of a novel. Key words: Burkinabe novel, oral tradition, proverbs, tales, jesting alliance.
Source: http://biblio.critaoi.auf.org/402/01/article_n%C2%B05_l'int%C3%A9gration_des_formes_et_techniques_de_cr%C3%A9ati.pdf
Format: application/pdf
Disciplines: Histoire, Linguistique, Littératures, Sociologie
Régions: Afrique de l'Ouest