Savoirs en partage

Le portail des ressources scientifiques
et pédagogiques de l'AUF

Construction en pierre et taille rupestre monumentale antiques au Moyen-Orient: les différences

Sujet: [SHS:ARCHEO] Humanities and Social Sciences/Archaeology and Prehistory, architecture, construction, production rupestre, évaluation économique, méthodologie, organisation des chantiers, Proche et Moyen-Orient, Antiquité, taille de pierre
Auteur: Bessac, Jean-Claude
Résumé: Il est d'usage d'étudier les monuments rupestres du point de vue stylistique et architectural, en les comparant avec les monuments construits. L'objet de cette contribution est de mettre l'accent sur les différences techniques et économiques entre ces deux modes de production, qui sont rarement prises en compte. Les pierres utilisées en constructions appareillées sont extraites et choisies une à une pour leurs diverses qualités mécaniques et esthétiques. Leur position dans l'édifice en dépend : pierres dures à la base et pierres tendres au-dessus ou à l'intérieur. Les pierres ornementales peuvent être façonnées en partie ou en totalité puis importées de très loin. L'outillage pour l'extraction et la taille est diversifié et adapté à chaque type de roche (calcaire dur, tuf tendre, marbre ou granit polissable, etc). Le gros matériel et les machines de construction sont également très variés : chariots, treuils, cabestans, engins de levage, échafaudages, cintres pour la pose des arcs et des voûtes. Dans ce type de constructions, on adapte souvent les matériaux et les moyens matériels aux projets architecturaux et aux concepts stylistiques. Le spécialiste peut accéder à toutes les faces du bloc et le retourner, si nécessaire, pour le travailler dans une position confortable. Le travail artistique est beaucoup plus libre, mais son coût est élevé. Les constructions rupestres – comme Petra ou les tombeaux perses – se distinguent d'abord par la contrainte géologique : les caractères mécaniques de la roche doivent lui permettre de supporter le volume du projet architectural, sa découpe, son style et son ornementation. Une roche trop tendre, trop dure, fragmentée ou hétérogène ne convient pas. Les choix sont donc limités car il faut adapter le projet aux conditions naturelles. Il faut également prendre en compte la position frontale que le spécialiste de la taille doit adopter et la fixité de son bloc au cours du travail. Ces contraintes interdisent parfois le façonnage de certains motifs fouillés ou d'emplacement difficile d'accès. Les erreurs et les accidents de taille sont très graves car chaque composante architecturale appartient au même énorme monolithe et ne peut être remplacée. Par contre, le monument rupestre ne nécessite aucun apport de matériau. Il est même fréquent qu'il produise des pierres de taille au cours de son dégagement ou de son creusement. Le matériel de transport et de levage, les cintres de pose des arcs et des voûtes et parfois même les échafaudages sont inutiles. Les éléments architecturaux ne sont taillés que sur une face, celle du parement, puisqu'il n'y a pas de faces jointives. Le temps de réalisation d'un monument rupestre peut être trois fois plus court qu'un monument similaire construit. Néanmoins, la taille rupestre nécessite l'intervention d'ouvriers très qualifiés. L'ensemble de ces différences techniques et économiques a des conséquences sur les résultats architecturaux et il est intéressant de les identifier.
Disciplines: Archéologie, Architecture, Économie
Régions: Moyen-Orient
Provenance: