Savoirs en partage

Le portail des ressources scientifiques
et pédagogiques de l'AUF

Prise en charge des hémorragies graves en obstétrique à la clinique universitaire de gynécologie et d’obstétrique du CNHU de Cotonou

Sujet: hémorragies graves ; délivrance ; obstétrique ; placenta praevia ; rupture utérine ;
Auteur: takpara, I; Clinique Universitaire de Gynécologie et d’Obstétrique, CNHU, BP 1822 Cotonou,, Coco, B; Clinique Universitaire de Gynécologie et d’Obstétrique, CNHU, BP 1822 Cotonou, Chobli, M; Département d’Anesthésie et Réanimation, Faculté des Sciences de la Santé, BP 188 Cotonou, Alihonou, E; Clinique universitaire de gynécologie et d’obstétrique, CNHU, BP 1822 Cotonou
Résumé: Sur une période de 16 mois nous avons colligé 208 cas d’hémorragies graves à la maternité du Centre National Hospitalier et Universitaire (CNHU) de COTONOU, représentant 5,5 % de l’ensemble des patientes admises dans le service.L’âge des patientes varie de 20 à 34 ans, les nullipares, les primigestes et les grandes multiparesconstituant les cibles privilégiées. Les autres facteurs favorisant des hémorragies graves en obstétrique sont le bas niveau socio-économique et l’environnement sanitaire non disponible de manière adéquate.Sur le plan étiologique, I’hémorragie de la délivrance constitue la première cause des hémorragies obstétricales (136 cas, 65,4 %); suivent le placenta praevia (40 cas, I9,2 %), la rupture utérine (20 cas, 9,6%) et I’hématome rétroplacentaire (12 cas, 5,8%).La prise en charge se fait à trois niveaux :l- la réanimation et le protocole anesthésique de thiopental (104 cas, 50%) de kétamine (88 cas,42,3%), associés à la gallamine comme curare et à la péthidine comme analgésique;2- le traitement obstétrical dominé par la révision utérine (165 cas, 79,3 %) et l’examen sous valve(165 cas, 79,3%) avec réparation des lésions;3- Quant au traitement chirurgical, quatre techniques sont utilisées pour 61 cas, la césarienne (35 cas,57,4%), I’hystérorraphie pour rupture utérine (17 cas, 27,9%), l’hystérectomie d’hémostase (8 cas,13,I %) et la ligature des hypogastriques (1 cas, 1,6%).La réanimation précède et suit la prise en charge obstétricale et ou chirurgicale.Au terme de cette prise en charge nous avons eu 16 décès, (7,7%) dont 2 avant toute intervention et 5 pendant I’intervention. La mortalité est élevée à cause de la qualité de la prise en charge caractérisée par le manque de matériels et moyens de réanimation. 
Editeur: Le Bénin Médical
Format: application/pdf
Disciplines: Écologie, Médecine
Régions: Afrique de l'Ouest