Savoirs en partage

Le portail des ressources scientifiques
et pédagogiques de l'AUF

LES ESPOIRS ET LES RÉALITÉS DES BANQUES CEREALIERES : EXEMPLE DU NIGER.

Auteur: RIETSCH, Christian
Résumé: Les banques céréalières au Niger visent l'achat, le stockage et la revente de céréales, à la fois pour régulariser le marché par un arbitrage temporel et spatial et pour garantir un stockage de sécurité alimentaire. Deux éléments expliquent leur succès : d'une part, après la récolte, elles achètent les céréales au paysan, plus cher que le commerçant et les vendent à meilleur marché que ce dernier, au moment de la soudure; d'autre part, leur établissement et leur fonctionnement est largement subventionné. Mais les banques céréalières se heurtent rapidement à plusieurs difficultés majeures: les recettes ne sont pas à la mesure des espérances; les coûts se révèlent plus importants que prévu, l'arbitrage temporel est moins rentable et plus risqué qu'escompté, l'arbitrage spatial difficile à réaliser et les problèmes de gestion nombreux. Dans ces conditions, il ne semble pas que les banques céréalières puissent satisfaire les attentes qu'elles ont suscitées.
Source: http://archives.auf.org/96/
Format: application/pdf
Régions: Afrique de l'Ouest